top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurKarine Laperrière

8 raisons d'écouter le documentaire "The True Cost"

Jusqu’à mes 20 ans, je ne me suis que rarement arrêtée pour me questionner sur l’origine de nos vêtements. J’ai toujours cru que tout était automatisé et que nos vêtements étaient faits par des machines. Ce n’est que lorsque je me suis intéressée plus profondément à la mode que je me suis rendue compte que ces vêtements étaient faits par des gens comme vous et moi que j’ai compris tout ce que cela impliquait.


Depuis que je suis très jeune, je me questionne sur le monde qui m’entoure et mes parents se sont toujours moqués de ma propension à dire « c’est pas juste » lorsque je constatais une inégalité. Ma soeur avait plus de bonbons : « c’est pas juste ». Je voyais des itinérants dans la rue : « c’est pas juste ». On m’a raconté l’histoire de l’esclavagisme : « c’est pas juste ». Alors, quand j’ai su que des gens dans d’autres pays cousaient jusqu’à 200 vêtements par jours, mais que leur salaire de un mois ne leur permettait pas d’en acheter un seul : « c’est pas juste! ».


Le documentaire The True Cost a été pour moi une confirmation de l’injsutice sociale que la mode rapide inflige à nos semblables. Je vous présente donc ici 8 raisons d’écouter ce documentaire, parce que selon moi, tout le monde devrait l’écouter au moins une fois! *ATTENTION* Cet article pourrait comporter des divulgâcheurs!



1- C’est une bonne façon de s’informer rapidement sur les réalités de la production de vêtements.


Ce documentaire survole les thèmes importants de l’activisme anti-mode rapide : le problème de la surconsommation, les conditions de travail des travailleurs dans différents pays exportateurs de textiles, la pollution par les produits chimiques, tant lors de la production de la matière première que lors de la teinte et du traitement des vêtements, les problèmes de santé reliés à ces produits chimiques, les raisons pour lesquelles les gouvernements ne s’en mèlent pas, l’éco-blanchiment, les raisons pour lesquelles se déculpabiliser en donnant notre surplus aux charités n’est pas la bonne solution, etc.

Pepe : vêtements de seconde main envoyés en Haïti par les États-Unis. Cette façon de se vêtir est devenue dominante et les producteurs locaux en souffrent.

2- Le documentaire n’est pas que négatif.


Bien que l’état de la situation est alarmant, le documentaire propose quelques pistes de solutions pour les gens qui seront convaincus de changer leur façon de consommer la mode. « Vous n’avez pas besoin d’y adhérer » est une phrase extrêmement marquante dite par Stella McCartney pendant le documentaire. Ceci représente pour moi le moyen le plus efficace que nous avons, en tant que consommateurs, de changer les choses. Si on n’achète pas les produits de compagnies dont les valeurs et méthodes de production ne nous plaisent pas, celle-ci devra absolument revoir ses valeurs ou elle devra cesser de produire. Le documentaire supporte cet argument grâce à des entrevues avec des activistes et des économistes réputés.


3- Plusieurs compagnies alternatives sont présentées durant le documentaire.


The True Cost ne fait pas que présenter des images d’usines de productions et de dépotoirs. Il présente aussi des personnes travaillant à changer notre façon de consommer la mode et leurs compagnies. C’est ainsi que j’ai connu People Tree et Patagonia. Ces compagnies sont depuis devenues des leaders dans la production de mode durable. D’autres organisations telles que Eco-Age et Redress sont aussi présentées.

Livia Firth est la fondatrice du Green Carpet Challenge et directrice artistique de Eco-Age.

4- Cela vous donnera des arguments lorsque vous parlerez de mode éthique à vos amis!


J’ai longuement eu de la difficulté lorsque j’essayais de convaincre des gens que la mode rapide est néfaste. Souvent, on me répond que « de toute façon, les travailleurs du textiles n’ont pas d’autres options, au moins on leur donne du travail ». Ceci m’a toujours un peu désarçonnée car c’est relativement vrai. Par contre, le documentaire montre que même si les travailleurs du textile désirent conserver leurs emplois, ils demandent de meilleures conditions de travail. C’est notre responsabilité, en tant que consommateurs, de s’assurer que les personnes qui créent nos vêtements sont payés un montant raisonnable et ne risquent pas leurs vies en travaillant.


5- C’est inspirant de voir que d’autres personnes ont le même combat à coeur.


Je pense qu’une des grandes barrière à l’activisme ou du moins à la prise en charge d’un changement à notre mode de vie, c’est qu’on se dit que ce n’est pas nous qui allons changer quoi que ce soit. Par contre, lorsqu’on regarde un documentaire d’une telle envergure, il est évident qu’on est pas le ou la seule à vouloir se renseigner à ce sujet. Même si le documentaire a été publié en 2015, plusieurs organisations organisent des visionnement partout dans le monde. Le documentaire est sous-titré dans 5 langues sur Netflix (dont le français), et est disponible sur le site web en 19 langues. Ceci montre qu’il est accessible à beaucoup, beaucoup de gens qui voudront eux aussi faire une différence.


6- Le documentaire touche autant les aspects sociaux qu’environnementaux.


Le principe de Gaïa, c’est l’idée que chaque être vivant doit protéger son environnement afin de pouvoir conserver les conditions nécessaires à sa survie. C’est exactement ce que le film supporte (peut-être sans le savoir). En abordant les thèmes ayant attrait à l’environnement, il démontre aussi comment la préservation de cet environnement est nécessaire au bien-être des humains qui s’y trouvent. Ce film convient donc autant aux humanistes qu’aux environnementalistes!


7- Tant qu’à écouter Game of Thrones en rafale, pourquoi ne pas occuper son temps avec quelque chose d’informatif?


De plus en plus de gens sont coupables de gavage télévisuel,  alors pourquoi ne pas prendre une pause de nos émissions pour une petite heure et demie et se renseigner sur un problème de plus en plus majeure pour notre société? Assoyez-vous, détendez-vous, et laissez-vous emporter tout autour du monde par ce documentaire. Vous en sortirez grandis et prêts à affronter votre prochain grand défi : consommer la mode de façon responsable.


8- Maintenant que vous savez que ce documentaire existe, ce serait un peu hypocrite de décider de ne pas le regarder et de rester ignorants sur le sujet!


Pour plus d’informations, visitez le site officiel du documentaire!

9 vues0 commentaire

Comments


bottom of page